Press releases

Améliorer des vies par l’introduction des compétences des artisans du monde en développement dans l’industrie internationale de la mode

12 juillet 2013
ITC Nouvelles
Les conditions de vie de la population des communautés marginalisées en Afrique et Haïti se sont améliorées grâce à l’initiative pour la mode éthique de l’ITC, qui fait le lien entre les artisans des pays en développement et l’industrie internationale de la mode.

Les conditions de vie de la population des communautés marginalisées en Afrique et Haïti se sont améliorées grâce à l’initiative pour la mode éthique de l’ITC, qui fait le lien entre les artisans des pays en développement et l’industrie internationale de la mode. Les bénéfices de l’initiative et l’importance de relier la population marginalisée aux chaînes de valeur mondiales ont été abordés lors d’un groupe de discussion dans le cadre du 4ème Examen de l’Aide pour le commerce qui s’est tenu au siège de l’Organisation mondiale du commerce à Genève le 9 juillet dernier. Parmi les participants se trouvaient Jean-Marie Paugam, Directeur exécutif ad interim de l’ITC, Simone Cipriani, Responsable de l’Initiative pour la mode éthique (EFI), les créatrices de mode Stella Jean, Sabine Portenier et Evelyne Roth, qui participant à l’initiative, et Nii Ansah-Adyaye, Directeur général, Ministère du Commerce et de l’industrie du Gouvernement de la République du Ghana, l’un des pays bénéficiaires du projet.

 
M. Paugam a déclaré: ‘L’initiative a permis à près de 7 000 artisans, dont 98% étaient des femmes, de produire des biens pour des marques et distributeurs partout dans le monde.’ M. Cipriani a cité Oscar Wilde : “aujourd’hui, nous connaissons le prix de tout et la valeur de rien”. M. Cipriani a ajouté : ‘Ce n’est pas le cas pour les artisans et leurs communautés, créateurs et consommateurs participant à l’initiative pour la mode éthique.’

 
L’EFI offre aux artisans du Kenya, Ouganda, Mali, Burkina Faso, Ghana and Haïti l’occasion de développer et fabriquer des produits tissés à la main pour des entreprises de la mode partout dans le monde. Les travailleurs bénéficient d’une augmentation de leur revenu pour leurs familles et communautés, tandis que les acheteurs s’approvisionnent en produits fabriqués de manière éthique qui répondent à leurs normes de qualité.

 
Le 7 juillet, les marques ghanéennes Christie Brown and KIKI Clothing ont présenté leurs collections lors de la semaine de la mode à Rome, AltaRomAltaModa, dans le cadre de l’EFI. Lors du défilé ont aussi été présentées des créations du label suisse PortenierRoth et de la marque italo-haïtienne Stella Jean, laquelle a utilisé des textiles tissés à la main fabriqués au Burkina Faso et au Mali.

 
En s’exprimant lors de l’Examen de l’Aide pour le commerce, la styliste Stella Jean a déclaré: ‘C’est un honneur pour moi de participer à l’initiative pour la mode éthique. C’est aussi une immense responsabilité de faire passer un message ayant un large impact à l’échelle internationale à travers la mode. Je souhaite que mes créations traduisent une culture et soient portées partout dans le monde. En m’associant à l’EFI, je pourrai atteindre cet objectif.’

 
Sabine Portenier et Evelyne Roth sont deux créatrices suisses qui ont lancé leur marque, PortenierRoth, en 2007. Mme Portenier a dit: ‘Les bons produits doivent être de bonne qualité, ils doivent avoir une histoire. Quand nous pensons à des articles fabriqués à la main, cousus à la main, ils doivent être purs. À travers l’initiative pour la mode éthique de l’ITC, nous pouvons créer une vison de couleur et de tradition. Il y a toujours quelque chose d’autre à découvrir et, pour un styliste, cela est très important.’

 
L’EFI est finance par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), en Suisse. Hans-Peter Egler, Responsable de la promotion du commerce auprès du SECO, a déclaré: ‘C’est une question de chaînes de valeur – y-a-t ’il une demande pour ce type de produits ? Oui, il y en a une. Nous sommes ravis que le succès rencontré par l’EFI ait abouti à la présentation du travail des micro-producteurs lors de la Semaine de la mode à Rome. La mode éthique n’est pas qu’une question de transfert unique de produits des pays en développement vers l’industrie mondiale de la mode ; c’est une question d’échange dans les deux sens, le nord et le sud étant capables d’apprendre l’un de l’autre. C’est une nouvelle forme de coopération.’

 
Nii Ansah-Adjaye, Directeur, Ministère du commerce et de l’industrie de la République du Ghana, a déclaré que l’EFI améliore les conditions de vie de la population des communautés marginalisées: ‘Le principal concept consiste à fournir l’opportunité de relier la gamme de produits aux marchés internationaux, ce qui conduit à la création d’emplois. Le projet permet la promotion de l’industrialisation à petite échelle et de bonnes pratiques de travail.’

 
Outre la discussion en groupe, une exposition a présenté le travail des artisans et micro-producteurs participant à l’initiative pour la mode éthique à l’occasion de l’Examen de l’Aide pour le commerce.